Le Maghreb et les migrants: un pacte qui arrive à temps…

Le 19 décembre 2018, le Pacte de Marrakech a été signé par l’assemblée générale des Nations Unies. 159 pays sur 193 ont validé ce texte si…passionné. Aujourd’hui, on compte 258 millions de personnes en mobilité ou de migrants soit 3,4 % de la population mondiale. Et ce pacte a une résonance particulière dans les pays du Maghreb. Le racisme monte…

En Europe, les polémiques concernant les migrants ne désenflent pas. En Europe de l’ouest comme de l’est, des mouvements populistes surfent sur cette délicate problématique pour arriver au pouvoir comme en Italie ou en Hongrie. De l’autre côté, les « dits » progressistes méprisent l’exténuation des classes populaires qui doivent cohabiter avec ces populations dont ils subissent les problèmes sans partager la même culture… loin de ceux qui prônent une absence totale de frontières.

Du point de vue du Maghreb, la majorité des pays d’Afrique du Nord a signé cet accord. Seule l’Algérie jugeant le texte flou sur certains aspects, s’est abstenue. Le Maroc, la Tunisie, la Libye et dans une moindre mesure l’Egypte sont devenus des interfaces inévitables pour des centaines de milliers de migrants originaire d’Afrique subsaharienne rêvant de rejoindre une Europe idéalisée via les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta, ou l’île italienne de Lampedusa. Ces pays sont au coeur d’un problème qui va prendre de plus en plus d’ampleur dans les années à venir.

Or les gouvernements des pays d’Afrique sont acculés à leur tout par la grogne grandissante de leurs administrés refusant de côtoyer ces populations indésirables.

Cette réaction lève le voile sur le racisme endémique des sociétés maghrébines contre les populations noires, même de religion musulmane. Un sentiment, loin d’être nouveau et qui a longtemps été esquivé, jusqu’en France dans les rapport entre les différentes communautés.

Pendant très longtemps, une partie de la gauche française, formée au tiers-mondisme initié par Franz Fanon à partir d’un universalisme abstrait où seul le « Blanc »-petit de préférence-pouvait être suspecté de racisme comme dans « Dupont-Lajoie » a été très influente dans la presse et le monde universitaire. De l’autre côté, une partie de la droite, nostalgique de l’épopée coloniale, rejeta dans un même bain, Africains du nord comme de l’ouest, sans se soucier des différentes cultures de chacun, pris en étau dans des cases imperméables tels qu’ « émigré » ou « musulman », si facile à agiter en période de campagne électorale.

Mais la réalité est toute autre…

Au Maghreb, plusieurs faits divers ont fait ressurgir la xénophobie et le racisme de populations ayant perdu tout rapport à l’altérité depuis la fin du colonialisme. Les Noirs y sont couramment appelés kahlouch (nègre) et  régulièrement accusés d’être porteurs de multiples fléaux et maladies, ils font l’objet d’une sorte de rage collective et xénophobe. Un problème pourtant est très généralement sous-évalué ou occulté.

Depuis une quinzaine d’années, pourtant, de graves incidents se sont multipliés contre les populations noires en Afrique du Nord. Du Maroc à la Libye, en passant par l’Algérie. On ne compte plus les ratonnades policières, les lynchages, humiliations et autres faits divers consternants.

Au Maroc, l’état a été visé plusieurs fois par des plaintes émanants d’associations des droits de l’homme. Près du port de Tanger, des migrants essentiellement ivoiriens, ont constitué une jungle comme à Calais. A de nombreuses reprises, l’armée et la gendarmerie sont intervenues manu-militari pour les faire partir. Résultats : violence physique, mutilations et actes de tortures, affaires brûlées rythment la vie de ces clandestins, coupés des populations.

Dans le quartier de Boukhalef à Tanger, des Noirs africains sans papier ont été attaqués à la machette par des civils le 29 août 2014 ; un homme a été égorgé, 14 personnes ont été gravement blessées. Le magazine Maroc Hebdo a publié sans complexe un dossier intitulé « Le péril noir » dévoilant ainsi une réalité qui n’a jamais cessé de faire des ravages dans les pratiques et les mœurs des pays arabes.

En Libye, la chute de Kadhafy a littéralement lâché les fauves. Dans un premier temps, les soldats tchadiens, garde rapproché de l’ancien dictateur ont été lynchés par la foule. Puis ce fut autour, des réfugiés soudanais du Darfour. L’historien Jean-Paul Fhima relate que « Des témoignages et rapports de Human Rights Watch font état de centaines de civils tués ou torturés en raison de leur couleur de peau.

Une enquête d’Amnesty international fait état d’une situation très préoccupante dans ce pays dès novembre 2012. Les nombreux témoignages y relatent, sur plusieurs mois, des conditions de vie particulièrement odieuses pour les immigrés emprisonnés dans des hangars insalubres : « L’ONG indique avoir rencontré 2700 détenus au total. Parmi eux, figuraient des femmes enceintes, des femmes avec des enfants en bas âge, ainsi que des enfants non accompagnés détenus avec des adultes qu’ils ne connaissaient pas » (JOL Press, 15 novembre 2012).

Cette vision de l’homme noir est intimement liée aux traites négrières effectuées par les pays arabes. Les enfants étaient particulièrement recherchés. Les convois caravaniers traversaient les déserts depuis la Méditerranée vers la mer Rouge et l’océan Indien, en direction du Sud et de l’Est. 15 à 17 millions de Noirs africains ont ainsi été concernés par ce trafic selon les dernières estimations des spécialistes dont l’économiste sénégalais Tidiane N’Diaye, et son essai à succès « le génocide voilé ». Ces « Africains » se retrouvaient dans les marchés d’esclaves du Caire, Bagdad, Tombouctou, Istanbul, La Mecque. Beaucoup des enfants mourraient de castration expliquant le faible métissage dans les pays d’Afrique du nord. Mais les contacts avec les pays du Maghreb ont bien existés, puisque les villes de Sijilmassa, Ghardaia ont été des villes caravanières pendant des siècles. Au XVII ème siècle, le sultan du Maroc Mulay Ismail organisa son armée uniquement avec des soldats noirs achetés sur les marchés du Soudan, Dejenné ou Tombouctoure.L’Algérie et la Tunisie n’ont d’ailleurs aboli l’esclavage qu’en 1846. L’Arabie Saoudite en 1960, la Mauritanie en… 1980. Un nombre très importants d’intellectuels majeurs de l’islam comme le grand historien Ibn Khaldun ont justifié ces activités. Selon lui « les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres, en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche de l’animal ». L’islam n’a jamais été suffisament claire sur une activité que l’on retrouve encore aujourd’hui en Mauritanie… sans compter le traitement reçu par les travailleurs du sous-continent indien au Qatar, à Dubai etc..

En 2016, près de 20 000 migrants de l’Afrique subsaharienne de 17 nationalités différentes ont été refoulés d’Algérie par vagues successives, souvent pour des raisons insensées

Et la « chasse à l’homme noir » continue.

Dans ces pays, l’opinion publique n’est bien sur pas unanime et des associations se battent pour un meilleur respect de l’autre. En 2016, une campagne contre le racisme « Ni Oussi Ni Azzi , Baraka et Yezzi »(Ni esclave, ni négros ça suffit) s’est répandu dans tout le Maghreb. Mais les problèmes politiques, la crise économique, la peur de l’islamisme et un aveuglement général sur ces questions empêchent les consciences de s’élever face à ce fléau.

Car cela ne suffit pas… la récente polémique concernant Khadidja Benhamou une « Miss Algérie 2019 » un peu trop noire au goût de certains (les mêmes qui crient au racisme au moindre problème) montre que le problème n’est pas réglé.

Les inconscients collectifs sont parfois trop forts face à la raison, la morale. La démographie africaine étant très forte, les migrations devraient s’accélerer devant l’incompréhension de tout quidam déjà englué dans ses propres problèmes, tout aussi légitimes.

Si « l’espoir des hommes est leur raison de vivre comme de mourir » comme le pensait André Malraux, gageons que le temps et les bonnes volontés (car il y en a) ne seront pas de trop pour construire des sociétés plus justes et plus raisonnables. Dans l’intérêt de tous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *