Ce virus qui traverse, même, les mers…

Un employé du ministère de la Santé désinfectant une rue désertée de Rabat le 22 mars 2020 dans le cadre des strictes mesures décrétées pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus / AFP

La vidéo a fait le tour de youtube. On voit un gendarme marocain au physique de lutteur mettre une gilfe d’Obélix a un sujet du Roi n’ayant pas respecté le couvre-feu en cette période de confinement obligatoire causé par le fameux Coronavirus. Un hommage à Uderzo.

Contrairement aux propos surréalistes du gouvernement français en janvier, qui rappelle le nuage de Tchernobyl, un virus, cela passe les frontières. Même la mer. La peste noire était arrivée par le port de Marseille, le virus du pangolin par les aéroports. Question d’époque. Et les pays du Maghreb n’échappent pas à ce drame mondial. Ils font donc avec les moyens du bord, faute de moyens techniques et d’ un véritable exode médical. Selon l’Ordre des médecins, près de 20 000 médecins maghrébins travaillent en France soit un tiers des médecins étrangers : 25 % sont nés en Algérie, 11 % au Maroc et 7 % en Tunisie.

Au royaume chérifien, on a pris les choses très au sérieux. Rapidement. Et on ne rigole pas avec les ordres du Roi. Le territoire est extrêmement inégalitaire en terme de services hospitaliers, particulièrement dans les zones rurales et montagneuses, tout comme le nombre de médecins. Très peu de lits de réanimations, peu de kits pour les test etc. On s’en remet donc à la discipline et à la solidarité nationale.

Le confinement obligatoire est respectée. La population fait jusqu’à présent preuve de civisme. Les lieux publics sont interdits et une loi a été votée au parlement pour pénaliser ceux qui ne le respecteraient pas. Les seuls qui comme d’habitude se firent remarquer sont des groupes d’islamistes qui ont organisés à Tanger et à Fès des rassemblements il y a quelques jours pour contester la fermeture de mosquées. Mais ils ont rapidement été mis au pas. Comme je l’avais rappelé précédemment dans mes billets, Rabat contrôle ces groupes avec une main de fer depuis les attentats de Casablanca.

Afin d’éviter une catastrophe économique et une situation à l’iranienne ou à l’italienne, le roi a créé le 15 mars un Fond spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus. Le décret relatif à sa création a été publié au Bulletin officiel le 17 mars. Doté de 10 milliards de fond, il doit servir à la «  mise en niveau du système de santé afin de contenir la pandémie, mais aussi au soutien à l’économie nationale, la sauvegarde de l’emploi et la réduction de l’impact social occasionné par cette situation ». Un grand élan de solidarité s’organise dans un pays où 345 cas ont été diagnostiqués et 25 personnes décédées. Les ministres et parlementaires font don d’un mois de salaire au profit du fond contre le coronavirus.

Et plusieurs milliardaires ont fait d’importants dons de leurs propres poches comme le ministre de l’agriculture Aziz Akhannouch, première fortune du pays, ou celui de l’industrie, le richissime Moulay Hafid Elalamy avec un chèque de 200 millions de dirhams. Le groupe OCP, premier groupe de phosphate du royaume, a fait un don de 3 milliards de dirhams.

Le Maroc n’est pas le « Pérou » mais bel et bien la puissance montante dans la région et sa stabilité lui permet d’avoir pour le moment une réaction rapide au problème tout en se reposant une solidarité ancestrale pour pallier les problèmes structurels du pays.

En Algérie, ce n’est pas le même topo. Longtemps l’Algérie a eu une médecine performante. Les gouvernements de Ben Bella, de Boumédienne et consort eurent à coeur de développer une médecine efficace sur l’ensemble du territoire. A partir de 1962, des coopérants français, dont certains issus des Réseaux Jeanson, des Bulgares et les éternels justiciers cubains, que l’on retrouve aujourd’hui en Italie, avaient formé des générations de médecins compétents. Les années 80 furent un tournant. Les effectifs se sont amenuisés et nombre de médecins ont fuit en France le Front Islamiste du Salut. Tout le monde se rappelle la présence de l’ancien président Bouteflika, francophobe à Alger dont les médecins pratiquaient à Paris et Grenoble. Ajouté à ce déficit, les problèmes politiques bien sûr. Alger se montre incapable, pour le moment, d’être clair dans ces consignes. Tebboune peut cyniquement remercier le virus d’avoir éviter un énième Hirak qui conteste toujours la constitution comme son élection. La population est pour le moment en alerte. Seules les Wilayas de Blida où des corps ont été trouvés, et d’Alger sont sous couvre-feu de 19 heures à 7 heures. Confinement partiel puisque les métiers sensibles sont autorisés. Mais les wilayas de Batna, Tizi-Ouzou, Sétif, Tipasa, Constantine, Médéa, El Oued Boumerdès et Oran sont déjà d’ores déjà en voie de confinement. La nuit peut être folle à Alger mais tout le monde s’attend à un confinement général. Seulement, personne ne sait quand. Le gouvernement a peu de marge de manoeuvre. Avec des journalistes d’opposition encore en prison, la transparence n’est pas établie. Officiellement, au 28 mars il y aurait 454 malades pour 29 morts. Officieusement, personne ne sait. Tout le monde prie dans toute l’Algérie pour que les choses n’empire davantage, car les drames se sont suffisamment empilés depuis trop d’années.

La Tunisie est confinée. Comme au Maroc, un plan d’aide en urgence a été voté. Dans un pays toujours en rémission au niveau politique comme économique, le virus tombe vraiment mal. Le 21 mars, le Premier ministre Elyes Fakhfakh a voté une enveloppe de 800 millions d’euros a été décidée afin de protéger un minimum les entrprises et les chômeurs. 500 millions de dinars (environ 158 millions d’euros) vont être consacrés aux personnes mises au chômage technique et au plus plus démunis estimées à 285 000 familles. Seulement dans un pays où 40 % de l’économie est informelle, beaucoup de Tunisiens sont dans le doute, peuvent-ils bénéficier de cette aide. Les artisans, essentiels à l’économie du pays, mais ne payant pas de charge vont être exempts de cette aide. Pas sûr, que les anciens étudiants, fer de lance du Printemps arabe et qui ont soutenu majoritairement l’actuel président, soient compris dans le lot puisqu’ils bénéficient pour un grand nombre de contrats partiels et à mi-temps. Idem pour le secteur touristique. C’est le flou artistique à Tunis. Les mesures ont été prises très rapidement sans contour réel et surtout aucune visibilité à moyen terme. Qui va payer l’aide ? On parle d’une demande au Fonds Monétaire Internationals, mais encore faut-il le pouvoir. Et les donateurs se font rares…

Quel est l’impact sur l’économie ? L’ancien ministre de l’Industrie estime que sortie de la crise la Tunisie aurait perdu 5 points de son PIB et 1,6 au mieux mais là encore, Tunis est dans le brouillard.

Le Maghreb s’adapte aujourd’hui à cette situation comme partout en Europe. Comme il le peut. Plus simplement parfois et c’est un comble vu les différences de développement des deux rives de la Méditerranée. Mais la situation politique et institutionnelle reflète les différences de gestion dans ces pays et on ne parle même pas de la Libye. L’Egypte prend de son côté progressivement des mesures drastiques.

Jusqu ’où ira-t-on ? Dieu seul le sait (si tant est qu’il existe) mais une chose est sûre : les conséquences peuvent être graves, plus graves que prévues. Et certains pourraient encore en profiter.

2 Replies to “Ce virus qui traverse, même, les mers…”

  1. Hello,

    Merci pour cet excellent résumé de la situation.
    La plupart des articles ne me donnaient pas une vision d’ensemble.
    Le Maroc, par la prise de mesures particulièrement restrictives, s’en sort a priori mieux que ces voisins. L’Algérie est depuis longtemps dans un marasme administratif, sans objectifs précis (Inch’Allah! 🙂 ). Le gouvernement tunisien, a mon sens, pourrait consolider son pouvoir au travers de cette crise. Il a été élu sur la base d’un rejet des autres partis. Malheureusement, je crains fort que ce gouvernement élu se montre faible…

  2. M.GARCIA
    merci pour ce panorama du Maghreb face au CoronaVirus, avec toujours la petite pointe d’humour qui caractérise votre plume; cet article permet de mettre en lumière la situation dans ces pays, et en perspective la situation que nous vivons en France où nous aimons nous plaindre parfois de façon indécente.
    A suivre,
    DB

Leave a Reply to SME Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *