Oui, la France joue un trouble jeu en Libye

Si la France soutient officiellement le gouvernement libyen d’union nationale d’El-Sarraj, elle semble, malgré les protestations de l’Elysée, placer des pions dans le camp du maréchal Haftar. Plus globalement, la Libye est (re)devenue le théâtre d’affrontements des intérêts des plus grandes puissances mondiales. 


Des milliers de personnes ont défilé à Tripoli, ce vendredi 3 mai, pour protester contre la présence des troupes de l’Armée nationale libyenne aux portes de la capitale. Mais cette colère populaire a également visé la France et son rôle jugé très ambigu dans les offensives. Paris est accusé par le gouvernement libyen de soutenir financièrement et militairement le chef de l’insurrection, le maréchal Haftar.

Un taxi pour Tripoli

Depuis le 4 avril, ces forces composées de rescapés de l’armée de Kadhafi, de Tchadiens et de tribus de l’est tentent de prendre la ville dirigée par le gouvernement d’union national d’El-Sarraj, seul acteur reconnu par les Nations unies (ONU). Les combats ont encore fait près de 400 morts ces trois dernières semaines. Immédiatement, le chef du Quai d’Orsay, Jean-Yves Le Drian a déclaré que la France n’était pas partisane d’Haftar : Paris travaille pour un cessez-le feu et l’organisation d’élections.

Que la France ne soit pas neutre sur ce dossier n’est pas une nouveauté. C’est sous Nicolas Sarkozy que Kadhafi fut renversé, avec le concours de l’Otan. Plus récemment, les gouvernements de François Hollande et d’Emmanuel Macron avaient tenté des sorties diplomatiques au conflit. Elles ont systématiquement échoué, faute de compromis possible entre les deux belligérants. La dernière en date, en décembre 2018, à Paris. De son côté, El-Sarraj est depuis quelques jours de passage en Europe à la recherche d’alliés : de Milan à Paris en passant par Berlin.

Officiellement, Emmanuel Macron a clairement apporté son soutien à Tripoli. Il reste solidaire de la position européenne en soutenant le gouvernement adoubé par les instances internationales. Et juge « inacceptables et infondées » les critiques affirmant le contraire. Mais dans les faits, Paris semble appuyer les deux camps.

Eviter un nouveau foyer islamiste

Le 17 juillet 2016, un hélicoptère transportant trois sous-officiers de la DGSE s’écrasait à Benghazi, dans la zone d’Haftar… Une scène qui ne fut pas du goût des hommes du Commandement des opérations spéciales français en poste… à Tripoli. Le but étant probablement de placer des pions dans chaque camp. L’arrivée des islamistes dans le sud-est du pays a semble-t-il poussé l’Elysée à soutenir Haftar. La crainte de voir naître un foyer islamiste avec l’arrivée de combattants syriens a forcé la France à agir dans une région où son influence a toujours été forte comme le montre sa présence au Tchad ou au Mali. Car, soyons clairs, si elle soutient Haftar, un militaire à poigne, elle renoue avec la tradition diplomatique gaullienne, dont le dernier représentant fut Jacques Chirac, qui visait à s’allier à des régimes autoritaires contre les Frères musulmans et autres islamistes. Depuis Nicolas Sarkozy, le camp atlantiste a très largement pris le dessus au Quai d’Orsay et dans certains services de l’armée, comme au renseignement militaire. La première intervention en Libye puis les tentatives de soutenir des combattants islamistes en Syrie, toujours pour les droits de l’homme, en attestent. Mais redorer son blason en jouant les équilibristes après le fiasco syrien est un exercice particulièrement sensible, et il n’est pas sûr que la France sorte grandie de cette situation.

Tout le monde aime la Libye

La crise syrienne a redonné des ailes à un grand nombre d’Etats qui, jusque-là, se contentaient de défendre leur pré-carré et leur frontière. Dorénavant, chacun des deux acteurs en présence en Libye a ses propres soutiens, parfois les mêmes.

L’Italie, petite puissance diplomatique, est aujourd’hui le principal appui d’El-Sarraj. L’ancienne puissance coloniale a dirigé Tripoli de 1911 à 1947. Rome avait renoué des contacts avec la Libye sous Berlusconi qui, par l’entremise de Vladimir Poutine, s’était lié d’amitié avec Mouammar Kadhafi. En 2008, un accord avait été signé où l’Italie s’engageait à verser 25 milliards en cinq ans comme compensation à la colonisation. En échange, l’Italie est devenue le premier partenaire économique de la Libye. ENI, la société pétrolière italienne y possède de nombreux puits… Le partenariat s’est étendu par la suite à la lutte contre l’émigration clandestine. L’Italie de Salvini est très présente sur ce dossier. Soucieuse de maintenir une influence dans la région, Rome a envoyé 400 soldats dans la Tripolitaine qu’El-Sarraj et ses hommes ont de plus en plus de mal à tenir. Outre la solution militaire, l’Italie a tenté à Palerme une solution diplomatique qui a totalement avorté. Soucieux de maintenir sa crédibilité diplomatique, Salvini – qui est tant critiqué par les chapelles européennes pour ses prétendus souverainisme et autoritarisme – gère le dossier libyen de très près, quitte à s’accrocher avec son voisin français.

El-Sarraj est soutenu par des Etats très différents. Le tampon « ONU » n’a par exemple jamais empêché les islamistes de soutenir par intérêt les transitions dites démocratiques. Les islamistes sont présents au sud et à l’est du pays, où se mêlent tribalisme et radicalité religieuse, mais également à Tripoli. Les Frères musulmans ont été, depuis les années 50, parmi les premiers opposants aux régimes autoritaires et c’est donc en toute logique qu’ils se sont retrouvés au pouvoir des dites démocraties après les Printemps arabes en Tunisie ou en Egypte. Nombre de ces militants particulièrement bien formés et structurés soutiennent El-Sarraj avec l’espoir de récupérer le pouvoir. C’est dans cette optique que la Turquie soutient militairement et financièrement les forces politiques de tendances islamistes. Soucieux d’apparaître comme un calife tant espéré du monde sunnite, Erdogan a promis d’aider Tripoli contre les troupes d’Haftar. En décembre dernier, des bateaux turcs remplis d’armes avaient été interpellés. Et des drones ont été saisis il y a peu par les hommes d’Haftar à destination de leurs adversaires. Autre aspect important souligné par le géographe Ali Bensaad, la Turquie tente aussi de s’appuyer sur des relais ethniques. La ville de Misrata, à 200 kilomètres à l’est de Tripoli est composée d’un tiers de Kouloughlis, descendants des soldats ottomans du temps de la Régence. Comme souvent, le Qatar apparaît comme le grand argentier de ces opérations visant à installer les islamistes au pouvoir, au même titre que les Emirats arabes unis.

Dans le camp d’en face, le principal soutien reste l’Egypte. Historiquement, la Cyrénaïque, foyer de départ de l’insurrection, est la région la plus arabisée et la plus proche de l’Egypte. Depuis le début, le maréchal Sissi soutient « son petit frère libyen », maréchal également. L’ancien combattant du Kippour et du Tchad, Haftar, correspond également à la logique de pouvoir égyptienne, à savoir un autoritarisme militaire usant de l’anti-islamisme comme stratégie de pouvoir. Le Caire espère bénéficier d’une aide pétrolière et économique à moyen terme. L’Arabie saoudite, afin de contrecarrer l’influence turco-qatari dans la région, aide financièrement.

Les Etats-Unis revoient leur copie

Côté russes et américains, Haftar semble l’emporter. Dans la même logique qu’en Syrie, Moscou a fait de la lutte contre l’islamisme un de ses cheval de bataille. Si elle n’a pas d’intérêt direct comme en Syrie, la Russie tente d’élargir son influence sur tout le pourtour méditerranéen en s’appuyant sur des pouvoirs autoritaires.

Du côté américain, Donald Trump est encore en rupture avec ces prédécesseurs. Il a sensiblement retenu les leçons des échecs américains au Moyen-Orient depuis bientôt 40 ans, la Syrie étant la dernière en date. Le vendredi 19 avril, un communiqué de la Maison blanche a ainsi indiqué qu’un appel téléphonique avait été échangé entre le président américain et le maréchal Haftar. Après avoir longtemps tergiversé entre les deux camps, le sous-secrétaire d’État Mike Pompeo avait même demandé un cessez-le-feu après le début de l’offensive de l’ANL. Désormais le président américain soutient officiellement le coup de force d’Haftar. Un « coup d’Etat » selon l’ONU.

La Libye reste décidément le carrefour de toutes les luttes comme l’avait compris le grand géologue français Conrad Kilian après sa découverte, dans le Fezzan, de gigantesques nappes de pétrole. Découverte qui lui coûta la vie et un injuste oubli. Plus de 70 ans après Tobrouk et Bir Hakeim, les sables libyens, dont les intérêts économiques n’ont sensiblement pas changé, sont encore les témoins d’âpres affrontements entre des belligérants toujours plus nombreux…

2 Replies to “Oui, la France joue un trouble jeu en Libye”

  1. Bonjour
    tout e que vous avez écrit me tient pour vous dire que la libye reste un carrefour de conflit, mais cette conflit se fait pour ecraser les pauvres civils . voilà les civils qui payent les pots casseés
    merci

    1. Bonsoir Almuntasir,
      je suis malheureusement de tout coeur avec vos compatriotes qui souffrent de ce conflit bien trop long.
      Il est certain que pour certains décideurs ce ne sont que des chiffres… et l’histoire se répète trop souvent.
      Bien à vous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *