Islam et islamisme au Makhzen

24 et 28 ans. C’est l’âge qu’avaient Louisa Versterager et Maren Ueland. Elles étaient jeunes, belles, pleines de vie et ouvertes sur ce monde à la fois sublime et cruel. Venues de Norvêge, ces deux sportives de l’extrême, habituées aux marches en altitude ont perdu tragiquement la vie, lâchement égorgées. Une décapitée. Leurs corps ont été trouvés à Imlil, un site touristique proche de Marrakech, le long d’un chemin menant au sommet enneigé de Toukbal. Cette région, réputée pour son tourisme, accueillait chaque année des milliers de randonneurs essentiellement venus d’Europe du nord ou du Royaume-Uni. Les quatre hommes suspectés du meurtre sont des islamistes. Selon Rabat, ils auraient prêté allégeance à l’État Islamique dans une vidéo.

Pourtant le royaume chérifien est resté longtemps moins touché par les groupes islamistes que les autres pays d’Afrique du nord.

Ces voisins, plus ou moins lointains d’ailleurs, ont subi plus profondément la montée de l’islamisme radical. L’Algérie en a payé un lourd prix entre 1991 et 2001 avec 120 000 morts. L’Egypte qui a vu naître sur son sol en 1928 le parti islamiste des « Frères musulmans » s’est fait assassinée un Président, Sadate en 1981. Après le Printemps arabe, c’est « le Frère » Morsi qui est arrivé au pouvoir pour quelques mois. L’activité de ce mouvement reste encore très présente au pays des Pharaons comme il est en Tunisie ou en Libye.

Le Maroc reste un cas différent. Historiquement, l’opposition vient de la gauche et de l’entourage royal.

Les partis socialistes et communistes se sont longtemps opposés au roi, viscéralement anticommuniste. Et ils en ont souvent payé le prix fort.

Le leader historique de la gauche marocaine Medhy Ben Barka en reste le symbole. Figure mondiale du tiers-mondisme, le professeur de mathématique de 45 ans est arrêté devant la brasserie Lip à Saint Germain des Prés par la police française le 29 octobre 1965 … on ne le revit plus. Quelques jours auparavant une rencontre opposant Roger Frey, ministre de l’Intérieur et le colonel Ahmed Dlimi avaient scellé son sort.

Le deuxième opposant fut jusqu’à la fin des années 70, l’armée, qui tenta deux coups d’étatdont l’attentat des aviateurs le 16 août 1972 . L’armée royale fut drastiquement épurée par le roi.

Dans les années 1970, les islamistes de Chabiba Islamiya d’AbdelkrimMoutii ont bien pointé le bout de leur nez. Ils firent parler d’eux avec des attentats sur des leaders de gauche, dont Omar Benjelloun assassiné en 1975. Très implanté dans les campus universitaires, le mouvement fut rapidement démantelé par la police marocaine. C’est la seule structure de ce type depuis l’indépendance.

Le principal obstacle à l’islamisme est Mohammed VI. Descendant par tradition de la dynastie du Prophète Mohammed, le souverain chérifien est avant toute chose le Commandeur des croyants. L’islam marocain est un islam d’état,. Les partis peuvent débattre des questions économiques, sociales voire sociétale mais ne contredisent jamais le courant officiel, l’islam malékite dirigé par le Roi. Ils restent dans les clous.

L’attachement viscéral des marocains à leur souverain est étroitement lié à son rôle religieux, laissant peu de place à un islamisme venu de l’extérieur. Pour autant, l’islam reste particulièrement conservateur au sein de la population où des questions telles que l’apostasie, la chasse au sanglier (présent dans le Rif ou le Moyen-Atlas) ou le port du voile restent sensibles. Mais point question de charia pour autant. Tout ce qui vise à contester le pouvoir du roi est arrêté in-fine.

Deux partis, cependant, se revendiquent d’une orientation religieuse, avec des desseins très différents. Le principal parti n’est autre que le parti au pouvoir, le Parti de la Justice et du Déloppement. Ce mouvement dirigé par le chef du gouvernement, le psychiatre SaâdeddineAl Othmani a été en créé en 1997. Composé, en effet, d’islamistes repentis et de libéraux, cet UDF sauce est assez proche des démocrates-musulmans de Houellbecq et ne se revendiquent pas des dérives fascisantes du FIS algérien ou des « Frères » tunisiens… et le roi veille.

Le mouvement le plus radical est nommé « Justice et Spiritualité créé en 1973 par le Cheikh Abdesslam Wassim. Déjà emprisonné trois ans, cet ancien pédagogue de niveau international est également le leader charismatique d’un mouvement inspiré de la révolution iranienne revendiquant près de 100 000 membres. Non légal mais autorisé, tous ces militants sont étroitement surveillés en atteste le descente de police organisée en 2006 au siège national visant à récupperer le listing de ces membres.

De plus le Maroc est le territoire qui comporte de toute l’Afrique du nord, le plus de Berbéres (environ 45% de la population). Concentrés dans les massifs de l’Atlas et du Rif, ils ont été islamisés tardivement. Ces populations sont très rétives à tout mouvement politique ou religieux originaire de la péninsule arabique qu’ils considèrent comme une énième tentative de colonisation.

Car le Maroc a également eut son lot de larmes et de sang. Les attentats de Casablanca le 16 mai 2004 avec ses 45 morts puis l’attentat de Marakech en 2011 qui fit 17 morts ont été très douloureux. Plusieurs cellules dormantes ont depuis été découvertes au Maroc dans les années 2000. Les inégalités économiques et sociales criantes dans le pays, les immenses bidonvilles de Casablanca et Marrakech et une alphabétisation imparfaite ont créé un vivier important pour les prédicateurs de tout genre.

De plus depuis une dizaine d’années, les binationaux sont devenus un formidable bassin de recrutement pour les djihadistes. La majorité des terroristes à Madrid en 2011, de Paris ou de Bruxelles sont des enfants de ces émigrés marocains venus travailler en Belgique, aux Pays-Bas ou en France dans les années 60. Déscolarisés, parfois passés par la case prison, ils se sont radicalisés dans « leur » pays mais restent à tout moment susceptibles de passer et de contaminer le pays de leur aieux. Le quartier de Moleenbeck, tristement célèbre pour avoir vu grandir les assassins du Bataclan, comporte une très grosse communauté rifaine.

Le roi a donc mis les bouchées doubles. Les années 2000 furent l’objet d’un grand remaniement dans l’appareil judiciaire et policier au sein du royaume.

Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que les autorités marocaines ont peut-être les services de renseignement les plus performants de tout le monde arabe. Conseillé par les experts américains, israeliens et français, leur alliés de toujours, ils s’appuient sur un réseau d’indicateurs très performant et une communication efficace entre les services intérieurs et extérieurs.

La DGST (direction générale de la surveillance du territoire) et le BCIJ (bureau central d’investigations judiciaires) travaillent à l’intérieur du territoire marocain pour prévenir les menaces terroristes. Ils travaillent avec la DGED (direction générale des études et documentation) sur les ressortissants à l’étranger. Le tout sous l’oeil aiguisé du souverain et de Mostefa Sahel, son conseiller spécial. Les services marocains ont notamment joué un rôle central lors de la traque des tueurs du Bataclan.

Les expatriés sont également devenus un enjeu pour le Makhzen. Le 6 novembre 2005, est créé un Conseil supérieur des Ressortissants marocains à l’étranger. Le but est de faire du lobbying dans les pays d’installation mais également de contrôler des biens illicites entrant sur le territoire marocain comme de surveiller les Marocains d’Europe.

Le Maghreb, nœud entre Nord et Sud, est plus que jamais un enjeu fondamental pour les Occidentaux, autant sur les questions migratoires, comme l’a montré les récents accords de Marrakech, que pour l’antiterrorisme. La gestuelle américaine en faveur d’une réconciliation entre Marocains et Algériens a été très claire à ce sujet.

Or dans ce monde si instable, personne ne peut prétendre endiguer seul des intégrismes sans frontières, ni adresse fixe. Le triste sort de ces Norvégiennes est là pour nous tenir d’avertissement. Regarder le monde avec chaleur, mais les yeux ouverts.

Sans aveuglement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *